Jean-Michel Dubief, polyculteur et producteur de pommes de terre dans l’Eure-et-Loir, se défend de tout programme pour fidéliser ses saisonniers. Mais à l’arrivée, l’équipe parle pour lui : parmi les vingt-quatre trieurs et cinq chauffeurs appelés chaque année, du 1er août au 20 septembre, ils sont une majorité à rempiler. Leur méthode ? Jean-Michel Dubief et son associé, Hervé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole Employeur

Pour y accéder : 2 possibilités !

7%

Vous avez parcouru 7% de l'article

Vous êtes déjà abonné ?

Identifiez-vous en haut du site en cliquant sur CONNEXION.

Je m'identifie
Vous n’êtes pas abonné ?

Profitez, gratuitement et sans engagement, de tous les contenus de La France Agricole Employeur pendant 2 mois, y compris la réception des newsletters.

Je decouvre