Écoutez dans le podcast Les Experts Agricoles l’entretien avec Damien Blondel, reformulé ci-dessous :

Depuis quand vous êtes-vous converti au bio ?

Mon exploitation familiale compte 218 hectares à Ludes (Marne). Je l’ai converti en agriculture biologique en 2019. Je produis des céréales, des betteraves, de la luzerne, des oléoprotéagineux.

Quel est le problème de main-d’œuvre en agriculture biologique ?

En agriculture biologique, une énorme partie du désherbage, principal enjeu de la culture, se fait manuellement. Mais on a un très gros souci de recrutement du personnel. On n’arrive pas à trouver la main-d’œuvre nécessaire.

À quoi sert votre robot ?

J’ai acheté un robot Farmdroid en 2021. Il sème et désherbe les betteraves. Il localise l’emplacement des graines de betteraves au moment du semis. Par la suite, il revient désherber autour des graines qu’il a repérées comme ça.

A-t-il besoin d’être surveillé ?

Le robot travaille en autonomie complète. Il n’a besoin de personne pour intervenir dessus. En revanche, la réglementation le limite dans ses déplacements. Il ne peut travailler qu’à l’intérieur de la parcelle. On lui délimite un périmètre duquel il ne peut pas sortir. Pour le déplacer d’une parcelle à l’autre, il faut l’atteler derrière un tracteur.

Avez-vous réussi à le laisser travailler seul ?

C’est une attitude de confiance à adopter. Ça m’a pris quinze jours environ. Je surveille tout de même le travail du robot de temps en temps à travers une application dédiée. Maintenant, il tourne tout seul 24 heures sur 24. Si on doit dresser le bilan maintenant, je dirai que le robot m’a enlevé le stress de chercher, et surtout de ne pas trouver, du personnel pour désherber mes betteraves.

> À voir aussi : Le robot Farmdroid au travail en vidéo (12/05/2021)

Le Conseil national de l’expertise foncière agricole et forestière (Cnefaf) autorise La France Agricole à utiliser la mention « Les Experts Agricoles » à titre exceptionnel. Les titres d’expert foncier et agricole et d’expert forestier sont protégés par l’article L 171-1 et suivants du Code Rural et de la Pêche Maritime. Informations complémentaires disponibles sur https://cnefaf.fr/