Bernard Nicolaï : Sur les 72 hectares de pommiers et de poiriers que j’exploite à Vron, dans la Somme, j’emploie trente personnes à temps plein, sur toute l’année. À l’automne, ce chiffre explose, avec près de cent saisonniers supplémentaires. Mais le travail physique, imposé par les travaux du verger, décourage la plupart des employés en trois jours. Ils finissent souvent par démissionner. Je...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole Employeur

Pour y accéder : 2 possibilités !

14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Vous êtes déjà abonné ?

Identifiez-vous en haut du site en cliquant sur CONNEXION.

Je m'identifie
Vous n’êtes pas abonné ?

Profitez, gratuitement et sans engagement, de tous les contenus de La France Agricole Employeur pendant 2 mois, y compris la réception des newsletters.

Je decouvre