Quand il fait appel, en 2016, à la chambre d’agriculture de l’Indre-et-Loire pour le recrutement d’un salarié, Dominique Gibon espère trouver « une roue de secours », confie-t-il. « J’avais besoin de quelqu’un en urgence sur la ferme. Je me suis dit : “Essayons”, tout en pensant continuer à chercher la bonne personne. »
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole Employeur

Pour y accéder : 2 possibilités !

9%

Vous avez parcouru 9% de l'article

Vous êtes déjà abonné ?

Identifiez-vous en haut du site en cliquant sur CONNEXION.

Je m'identifie
Vous n’êtes pas abonné ?

Profitez, gratuitement et sans engagement, de tous les contenus de La France Agricole Employeur pendant 2 mois, y compris la réception des newsletters.

Je decouvre