Si pour la production de pommes de terre, Jean-Michel Dubief est associé à Hervé Mardelé, les deux agriculteurs ont constitué par ailleurs, avec deux autres collègues, un groupement d’employeurs qui comptent au total six permanents en CDI, pour leur activité de polyculture.

Le partage des risques

Sur les six permanents, quatre sont affectés, pour deux tiers de leur temps, aux fermes respectives des quatre membres du groupement. « Et dans les moments particuliers, ce petit collectif permet d’avoir une force de frappe plus importante », explique Jean-Michel Dubief. Tous ont été formés aux règles de sécurité de chaque exploitation. « Des exploitations bloquent leur développement pour ne pas embaucher parce que ça leur fait peur. Mais une fois que l’on a passé ce cap, l’on se rend compte que la confiance qui est donnée aux salariés est renvoyée au centuple. Les salariés se connaissent, ils travaillent ensemble : cela crée des liens, un élan, une dynamique très appréciables. En cas de pépin, il y a toujours quelqu’un pour vous aider. »