Installé à Cigogné (Indre-et-Loire), Benoit Latour embauche, avec son voisin, près de 160 saisonniers, chaque mois de juillet pour la castration des maïs semence. Cette année, au milieu des lycéens, il a accueilli cinq réfugiés : deux Afghans, un Géorgien, un Soudanais et un Mauritanien.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole Employeur

Pour y accéder : 2 possibilités !

16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Vous êtes déjà abonné ?

Identifiez-vous en haut du site en cliquant sur CONNEXION.

Je m'identifie
Vous n’êtes pas abonné ?

Profitez, gratuitement et sans engagement, de tous les contenus de La France Agricole Employeur pendant 2 mois, y compris la réception des newsletters.

Je decouvre