Il y a dix ans, lorsque Samuel Caillon devient président de la Cuma de la Meurlette, à Vouhé, en Charente-Maritime, les choses ne vont pas très bien. « Il y avait des impayés notamment, mais aussi des problèmes entre les deux salariés de l’époque », raconte-t-il. Depuis, ces dysfonctionnements ont été réglés de manière durable en recourant à l’aide de la fédé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole Employeur

Pour y accéder : 2 possibilités !

9%

Vous avez parcouru 9% de l'article

Vous êtes déjà abonné ?

Identifiez-vous en haut du site en cliquant sur CONNEXION.

Je m'identifie
Vous n’êtes pas abonné ?

Profitez, gratuitement et sans engagement, de tous les contenus de La France Agricole Employeur pendant 2 mois, y compris la réception des newsletters.

Je decouvre