Les convictions écologistes ou véganes connaissent un essor rapide et peuvent concerner des salariés travaillant dans l’agriculture. Un salarié déjà en poste pourrait-il arguer de ses nouvelles convictions morales pour refuser de faire un épandage de produits phytosanitaires ou de manipuler des animaux alors qu’il les réalisait précédemment ?
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole Employeur
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à La France Agricole Employeur
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter mensuelle
  • > Imprimer la newsletter
Je découvre