« Trente Marocains devaient arriver le 6 avril, pour l’éclaircissage. Quand j’ai su par les médias que le coronavirus obligeait à fermer les frontières, j’ai compris qu’ils ne viendraient pas », se souvient Jacques Giraudeau, du domaine La Valignette (Crau Union) à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Il a vite évalué son problème. Le bureau marseillais de l’Office d’immigration...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole Employeur
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à La France Agricole Employeur
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter mensuelle
  • > Imprimer la newsletter
Je découvre