Jusqu’ici limité à l’amiante, le périmètre du préjudice d’anxiété s’étend désormais à d’autres substances toxiques. C’est la décision prise par la Cour de cassation dans une affaire opposant des ouvriers des mines de Lorraine à leur employeur.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole Employeur
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à La France Agricole Employeur
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter mensuelle
  • > Imprimer la newsletter
Je découvre