Besoin d’un renseignement sur un bulletin de paye, d’une information juridique sur les congés de vos salariés, ou d’une nouvelle recrue, permanente ou saisonnière ? « Conseil emploi 32 » propose d’accompagner les agriculteurs gersois sur tous ses aspects de l’emploi.

Le service couvre en effet un volet très large, de la santé et sécurité sur l’exploitation (comme se faire aider pour remplir son document unique d’évaluation des risques professionnels), aux relations de l’exploitant avec ses salariés, en passant par la défense de ses intérêts (comment se faire assister au conseil des prud’hommes), ou encore ses problématiques de recrutement. Au final, « Conseil emploi 32 », c’est un seul numéro de téléphone, donc un interlocuteur unique, mais derrière lequel travaille en réalité une multitude d’experts.

Un numéro de téléphone

Initiée par la FDSEA du Gers, « l’idée est de faire en sorte qu’un employeur de main-d’œuvre agricole ou futur employeur puisse, en un coup de fil, être dirigé vers le bon spécialiste, pour un conseil adapté. Nous répondons autant à l’urgence qu’à des problèmes de fond », explique Stéphane Minguet, à la tête du nouveau service et par ailleurs président du service de remplacement du Gers et de deux groupements d’employeurs.

Stéphane Minguet, président de Conseil emploi 32. © DR

Plusieurs partenaires

Plusieurs organismes et experts de l’emploi agricole du département officient derrière cette interface : la FDSEA du Gers a conclu un partenariat avec CER France Gascogne Adour, le groupement d’employeurs départemental de Gascogne, la chambre d’agriculture du Gers, le service de remplacement du département, Agri Pro 32 (également service de remplacement) et Jeunes Agriculteurs.

Un chef d’entreprise comme les autres

« Les problèmes autour de l’emploi sont très importants dans le département, c’est même devenu un facteur limitant sur les exploitations, poursuit Stéphane Minguet, lui-même exploitant sur le département. Comment trouver des salariés, les garder, et même les loger ? Un agriculteur, à la base, n’est pas fait pour embaucher de la main-d’œuvre… Mais il doit évoluer, il n’a plus le choix. Celui qui ne sait pas faire passer les consignes ou embaucher peut être rapidement dégoûté par toutes ces questions, et vite les négliger. Seulement, la gestion des salariés a bien un impact direct sur la performance de l’exploitation. »

Cinq agriculteurs par jour

Lancé il y a un an, Conseil emploi 32 reçoit les appels d’environ 5 agriculteurs par jour aujourd’hui. « C’est un service qui fonctionne bien. Toutes les productions sont concernées : des maraîchers, des viticulteurs… Nous avons aussi une grosse demande des éleveurs, et des céréaliers appellent également pour trouver des chauffeurs saisonniers. »

Le service devrait encore se développer. « Je veux faire en sorte que tous les agriculteurs appellent un jour ce numéro. » Il prévoit aussi d’embaucher, fonctionnant pour l’heure grâce à des mises à disposition de personnes déjà engagées par les différents partenaires. L’appel au Conseil emploi 32 est payant (0,60 euro par minute), et les prestations tarifées de manière classique suivant le type de demandes et le nombre de salariés notamment.

Rosanne Aries